la revue numérique
dossier revue numérique

Revue d'Histoire du Théâtre numérique n°1

L'écriture de l'histoire du théâtre et ses enjeux mémoriels

télécharger le fichier PDF de la revue numérique

article

Introduction

L'histoire du théâtre au prisme de la mémoire, par Marion Denizot

Lire l'article au format PDF

article

Un théâtre du Nouveau Monde. Prolégomènes à une approche comparée de l’histoire théâtrale des "collectivités neuves"

par Yves Jubinville

Notre réflexion sur l’histoire du théâtre prend appui sur une analyse de l’historiographie théâtrale québécoise et s’articule autour de deux constats. Le premier concerne les liens étroits qui, selon nous, s’établissent entre la mémoire du théâtre et les configurations narratives qui ordonnent, sur un plan plus général, le récit historique d’une communauté nationale. Le second milite en faveur d’une approche comparative du phénomène pour ainsi mettre en lumière le fait que tout récit historique résulte d’un travail de modélisation correspondant à des schèmes de compréhension établies et que partagent des collectivités ayant un parcours historique similaire. A cette enseigne, l’histoire du théâtre québécois est examinée dans la perspective développée par l’historien Gérard Bouchard autour des représentations historiques des « collectivités  neuves », expression qui désignent ces nations nées d’un transfert migratoire et fondées sur la conviction d’avoir investi un « territoire neuf ». Notre étude propose d’analyser spécifiquement le traitement réservé, dans l’historiographie théâtrale du Québec et du Canada, à l’acte de fondation. Au-delà du choix convergeant du même événement inaugurant deux trajectoires historiques distinctes, nous cherchons à mettre en évidence les écarts et discordances interprétatives découlant de ce choix ainsi que les motifs idéologiques qu’ils sous-tendent. 

Abstract : The starting point of our reflection on theatre history is the analysis of Quebecois’s  theatre historiography and is organized around two sets of observations. The first one concerns the necessary links between the memory of theatre and how a society constructs his understanding of the past through various narrative configurations. The second commands a definite comparative approach to the problem at stake in order to highline the fact that all historical narrative involves some sort of modelization based on an established structure of understanding which is, in turn, common to certain social groups. Based on these observations, Québec’s theatre history his seen through the concept of “collectivités neuves” (new societies) developed by the historian Gérard Bouchard which refers to those nations arising from a transfer migration and are based on the belief that they invested a "new territory." Our study proposes to analyze the treatment reserved to the act of foundation in both Québec and Canada’s theatre historiography. Beyond the fact that both community converge on the choice of that inaugural event (Théâtre de Neptune in 1606), we focus on the gaps and inconsistencies that these narratives underline producing thereby two distinct interpretation.

Lire l'article au format PDF

article

L’assemblée idéale du théâtre grec antique

par Bénédicte Boisson

Dans la seconde moitié du XXe siècle, le théâtre grec antique constitue, pour le monde théâtral, le lieu par excellence du rassemblement de la communauté entière. Il devient un puissant modèle, ou contre-modèle – non plus comme texte ou comme poétique, mais dans sa manière d’articuler le théâtre et la cité et dans l’organisation des rapports entre scène et salle qu’il institue – pour repenser une relation théâtrale qui ne va alors plus de soi. Les discours historiques ou esthétiques montrent ainsi des préoccupations communes et participent conjointement de l’idéalisation de ce théâtre. Pourtant, l’intégration lente de ce théâtre dans une continuité historique, tout autant que la prise en compte de son inscription dans la société de son temps, soulignent son historicité. Cet article traite donc des représentations de ce théâtre dans le discours des historiens, mais aussi de ses mobilisations contradictoires par certains metteurs en scène ou esthéticiens, entre modèle originel, universel abstrait, et pratique située.

Abstract : In the second half of the twentieth century, the ancient Greek theatre is for the theatrical world the gathering place for the entire community. It becomes a powerful model, or counter-model to rethink a theatrical relationship that is no longer self-evident -  not as text or poetry, but in its way of articulating the theatre and the city and because of the organization of the relationship between stage and auditorium that it establishes. Historical or aesthetic discourses thus shed light on common concerns and jointly participate in the idealization of this form of theatre. However, its slow integration in a historical continuity, as well as the consideration of its inclusion in the society of its era, emphasizes its historicity. This article therefore deals with representations of this theatre in the discourse of historians, but also with its contradictory uses by some directors or theorists, between ancestral, abstract universal, and in situ practice.
 

Lire l'article au format PDF

article

Le théâtre médiéval à l’aune de la farce

par Denis Hüe

Le théâtre médiéval que nous connaissons est moins un objet scientifique que la mise en forme idéologique de siècles de regard sur un passé tantôt méprisé tantôt regretté, et souvent méconnu. On met ici en perspective les diverses étapes qui ont fait passer le théâtre de la farce au début du XVIe siècle, divertissement reçu et apprécié de toutes les classes sociales, à un genre bas, méprisable et prétendument oublié au cours du XVIIIe siècle, alors que l’on en jouait encore ; on dégage enfin le travail fondateur des chercheurs du XIXe siècle, qui ont su reprendre les textes et les aborder sans préjugés.

Abstract : The medieval theatre that we know today is less a scientific object than the ideological product of centuries of perception of a past envisaged sometimes with contempt, sometimes with nostalgia – and often misunderstood. This article charts the different stages by which early XVIth century farce theatre, a form of entertainment whose reception and appreciation encompassed all social classes, turned during the XVIIIth century into a low genre, despicable and purportedly forgotten, although in reality it was still performed; lastly, this article examines the seminal research of scholars of the XIXth century who managed to come back to these texts and approach them without prejudice.

Lire l'article au format PDF

article

L’historiographie du théâtre romantique français : enjeux littéraires, moraux et politiques

par Florence Naugrette

 

Lire l'article au format PDF

article

Réflexion sur l’écriture de l’histoire des théâtres parisiens à partir des monographies de théâtres du XIXe siècle

par Stéphanie Loncle

Les ouvrages consacrés à « l’histoire des théâtres parisiens » publiés au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle constituent un corpus incontournable pour « l’histoire du théâtre ». Ces écrits historiques se présentent souvent comme des biographies de lieux théâtraux et offrent un savoir non négligeable sur le contexte de représentation des œuvres dramatiques, qui est encore directement utile aux analyses dramaturgiques et à l’histoire du théâtre du XIXe siècle. Cependant, ils invitent aussi le chercheur, par mimétisme, à faire de l’établissement théâtral l’objet par excellence d’une étude historique du théâtre. Il s’agit de présenter, à partir de quelques exemples, les prémices d’une réflexion sur les enjeux de cette promotion du lieu théâtral comme objet d’histoire, qui va de pair avec la valorisation de la figure du directeur de théâtre et des compétences de l’entrepreneur.

Abstract : Many of the books that deal with the history of the Parisian theatres were published in the 19th or early 20th centuries. Usually written as biographies of the theatrical institutions themselves, they contain important contextual knowledge for any research on the French theatre of the 18th and 19th centuries. However, they also encourage us to focus on the micro-economic level, by assuming that the theatres are naturally the right historical objects to study and their directors the more important historical actors to highlight. This article studies the different aspects of this historiographical valorisation of the theatres.

Lire l'article au format PDF

article

La querelle sur les origines de la mise en scène moderne, et les enjeux mémoriels autour de la figure d’André Antoine

par Alice Folco

De nombreux colloques et travaux récents ont permis de réévaluer la place symbolique qu’occupe André Antoine dans l’histoire du théâtre, et ont remis en cause son rôle dans ce qu’il n’est plus désormais tout à fait approprié de nommer la « naissance », ou « l’invention » de la mise en scène moderne. Ces études historiques, nourries d’archives peu exploitées jusque là, ont permis de faire apparaître la dimension mythique des grands récits que s’était donnée l’esthétique théâtrale française depuis les années 1950 et de susciter des débats fructueux sur la pertinence de la césure conventionnelle de 1887, l’année de création du Théâtre Libre. Après avoir proposé des hypothèses sur les raisons institutionnelles et académiques qui peuvent expliquer l’héroïsation persistante d’Antoine, l’article interroge certains des présupposés véhiculés par les nouvelles périodisations de l’histoire de théâtre, et plus particulièrement : la perpétuation du mythe des origines, et l’usage de définitions non historicisées de la notion de mise en scène elle-même. 

Abstract : The controversy of the origins of modern staging, and historical issues surrounding the figure of André Antoine: Numerous conferences and recent research works have reassessed the symbolic place occupied by André Antoine in the history of the theatre, and have questioned his causal role in what seems no longer appropriate to name the "birth" or "invention" of modern staging. These historical approaches, based on archives thus far mostly unexploited, have brought to light the mythical dimension of some of the great narratives which have dominated French theatrical studies since the 1950s, and have generated fruitful discussions on the relevance of situating a paradigm shift in 1887, the year Antoine created Le Théâtre Libre. After proposing hypotheses on the institutional and academic reasons which may explain the persistence of Antoine’s heroisation, the paper will examine problematic presuppositions sometimes implied in new historical delimitations, and particularly: the perpetuation of the myth of origins, and the use of non-historicized definitions of the concept of staging itself.

Lire l'article au format PDF